‘La cour d’honneur, au fond la « folie » d’Artois’