Histoire

Le château de Sedan, plus grande forteresse médiévale d’Europe 2/2

 

Suite et fin de notre visite du Château de Sedan. La première partie de cet article est visible ici.

La Salle des Veilleurs

Les gardes n’étaient pas en permanence au poste de surveillance. Ils pouvaient venir ici pour se réchauffer et se restaurer tout en restant sur le qui-vive.
Les marches de l’escalier d’accès sont volontairement irrégulières pour rendre plus difficile la montée des assaillants et l’envers des marches supérieures est très bas. Quiconque était poussé dans l’escalier se cognait douloureusement l’arrière de la tête.
En cas d’alerte, un passage secret menait vers les appartements du seigneur pour l’avertir.

Les marches irrégulièrement taillées

La Salle des Veilleurs

La Cour du Château vue des Remparts

Au centre de la cour intérieure du château se trouvent les vestiges de l’église Saint Martin, bâtie au XIe siècle par les moines de l’abbaye de Mouzon. Au XIIIe siècle, les moines agrandissent l’église et bâtissent autour d’elle un prieuré.
Evrard de la Marck chasse les moines pour bâtir son château qui englobe le vieux prieuré. La tour carrée devient alors un donjon. Il formait un triangle complètement fermé dont la cour conserve exactement le tracé.
Remarquez, dans l’angle de la cour, l’étroite façade Renaissance du logis seigneurial bâti au XVIe siècle.

Eglise primitive de Sedan, dédiée à Saint Martin, construite au XIe siècle et agrandie au XIIIe

A gauche : façade Renaissance du logis seigneurial

La Tour de l’Est

Nous nous trouvons au sommet de la tour qui protégeait la pointe « est » du château primitif. A l’occasion de l’extension du château entreprise par Jean, cette tour de l’est a été chemisée et a atteint l’ampleur d’une vaste tour défensive.
D’ici, nous dominons les vestiges du bastion du Gouverneur construit au milieu du XVIe siècle. Lorsque le bastion a été construit, il est venu combler en grande partie le fossé qu’Evrard avait fait tailler dans le roc. Après la guerre de 1870-71, la place forte de Sedan est déclassée. On entreprend alors des expériences sur la dynamite. C’est ainsi que le bastion du Gouverneur fut détruit.

Les vestiges du bastion du Gouverneur

Vue panoramique

C’est d’ici que nous avons la plus belle vue sur la ville de Sedan…

Vue panoramique de la ville de Sedan depuis les hauteurs du château

La Galerie des Princes

La galerie recèle des portraits de grands personnages qui ont fait l’histoire de Sedan et, parfois, l’histoire de France. L’occasion pour le visiteur de découvrir le portrait de Turenne dont je vous reparlerai à la fin de cet article.

Portrait de Turenne : Henri de la Tour d’Auvergne. Copie de la toile inachevée de Charles Le Brun qui montre le maréchal à l’âge mûr.

La Salle Turenne

Nous sommes le 15 octobre 1591. Sous le regard du roi Henri IV, Charlotte de la Marck et Henri de la Tour d’Auvergne signent leur contrat de mariage. La dernière descendante des La Marck n’a que seize ans. La situation est difficile. La petite principauté calviniste est sans cesse menacée par les ligueurs catholiques. Mais toute la population se regroupe autour de la petite princesse : à Douzy, la Ligue est battue et Sedan est sauvée.
Henri de Navarre, nouveau roi légitime, devenu Henri IV, souhaite qu’un allié sûr prenne le pouvoir à Sedan et propose son compagnon d’armes Henri de la Tour d’Auvergne. Charlotte ne vivra pas longtemps. En 1594, elle accouche d’un fils qui meurt à la naissance ; huit jours plus tard, elle meurt à son tour.

Signature du contrat de mariage entre Charlotte de la Marck et Henri de la Tour d’Auvergne sous le regard du bon roi Henri.

La Rotonde

Nous sommes dans la grosse tour construite pour Jean de la Marck, autour de la petite tour du château primitif.
Remarquez la superbe charpente qui soutient la toiture. Elle est en chêne et date du XVe siècle. En contrebas, vous pouvez voir une scène de la vie familiale du château à la fin du XVe siècle.

La superbe charpente d’époque

Détail de la charpente du XVe siècle

Reconstitution d’une scène de la vie familiale

Costume de la fin du XVe siècle

La Chapelle, les appartements princiers

La chapelle occupe depuis le début du XVIe siècle une salle plus ancienne à la destination inconnue. Elle forme la partie supérieure du Pavillon Ogival. Les cuisines et les réserves se trouvaient au-dessous. Au départ salle d’apparat, cette pièce devint la chapelle construite en remplacement de l’ancienne église Saint Martin.
Dix colonnes gothiques furent plaquées contre les murs latéraux et l’abside. La voûte surbaissée, nervurée, est de style gothique flamboyant.
Sur la gauche de l’abside était aménagée une sorte d’oratoire princier avec cheminée particulière.
A droite, nous pouvons voir les restes martelés d’une piscine liturgique. Elle est aujourd’hui dissimulée sous des enduits ce qui s’explique par la conversion au calvinisme du prince Henri-Robert de La Marck (1540-1574). Par la suite, on utilisa vraisemblablement la chapelle comme oratoire protestant pour des cérémonies calvinistes (baptême de Charlotte de La Marck par exemple).

De style gothique tardif, la chapelle a aussi été appelée la salle ogivale

La chapelle princière

La Salle du Panorama

Cette salle est entièrement consacrée à la bataille de Sedan.
Napoléon III déclare la guerre à la Prusse en 1870. En un mois, la bataille des frontières est perdue en Alsace et en Lorraine. Partout, la supériorité numérique des Allemands, la supériorité de leur artillerie et la supériorité de leur commandement sont décisives malgré la bravoure et la qualité des troupes françaises. Napoléon III se résigne à capituler et provoque la chute du Second Empire. La bataille de Sedan marque ainsi le point culminant d’un enchainement de violences qui, de 1870 à 1945 et au travers de trois guerres, a jeté l’une contre l’autre, la France et l’Allemagne.

Passage entre les deux Tours

Cet escalier est situé entre la petite tour d’Evrard à droite et la paroi extérieure bâtie par Jean.
Au bas de cet escalier, vous voyez des gardes mobilisés pour défendre le château, car un adversaire de taille le menace : l’empereur Charles Quint que le seigneur de Sedan, Robert II a défié.

Le Passage entre les Deux Tours

Le château de Sedan, lieu de naissance de Turenne

Le maréchal Turenne, considéré comme l’une des plus grandes gloires militaires de la nation n’est pas né en France. Il est né ici, le 11 septembre 1611, au château fort de Sedan, au cœur d’une principauté dont l’indépendance avait été officiellement reconnue en 1549.
Ses parents, les princes de Sedan Henri de la Tour d’Auvergne et Elisabeth de Nassau, se réjouirent de cette naissance car il n’était que leur second fils sur les six enfants qu’ils avaient déjà eus. C’est l’ainé, Frédéric-Maurice, qui héritera plus tard de la principauté, laissant à Turenne, de son vrai nom Henri de la Tour d’Auvergne, comme son père, la carrière des armes.
On suppose que Turenne a pu voir le jour dans la salle à la Colonne (rebaptisée Salle Turenne), l’une des pièces les plus dignes d’accueillir les appartements de sa mère. La légende qui fait naître Turenne dans la ferme fortifiée de Bazeilles est donc erronée. Tout au plus l’y a-t-on mis quelques années en nourrice.
En 1815, un écusson en pierre est posé sur le donjon, dans la cour du château. On peut encore y lire : « Turenne nacquit ici 11 7bre 1611 ».

Vue d’ensemble du château de Sedan

Fenêtre de la salle à la Colonne où serait né Turenne

Château Fort de Sedan
Cour du Château
08200 Sedan

Le Château est ouvert tous les jours pour les visites de 10H00 à 18H00.

En été, sont également organisées des visites nocturnes aux flambeaux ainsi que des tournois de chevalerie.

Pour de plus amples renseignements, vous pouvez vous reporter au site officiel du Château Fort de Sedan en cliquant sur ce lien.

 

1 reply »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *