A travers Paris

Parc et jardins de Bagatelle

 

Situés au cœur du Bois de Boulogne dans le XVIe arrondissement, le parc et les jardins de Bagatelle constituent l’un des quatre pôles du jardin botanique de la ville de Paris.

Les parterres devant l’orangerie

Le miroir japonais et les habitants du jardin de Bagatelle

La pagode date du XIXe siècle

Ce parc doit son nom à ce que coûta sa rénovation (un million de livres), une « bagatelle ». Le parc est parfois surnommé la « folie d’Artois », la folie étant le nom que l’on donnait à l’époque au type de petit château qui occupe le centre de la cour d’honneur (le terme est à prendre bien sûr dans sa double acception.)

Résultat d’un pari entre Marie-Antoinette et le comte d’Artois, frère du roi Louis XVI et propriétaire du domaine en 1775, Bagatelle surgit miraculeusement de terre en soixante-quatre jours ! En effet, découvrant le domaine en ruines que son beau-frère venait d’acquérir, Marie-Antoinette, moqueuse, lui dit qu’elle comptait bien être reçue en ces lieux à son retour de voyage deux mois plus tard.

La cour d’honneur, au fond la « folie » d’Artois

La folie et sa devise « Parva sed apta », « Petite mais commode »

L’un des sphinx devant l’entrée du château

L’une des fontaines de la cour d’honneur

L’arrière du château

L’une des sphinges à l’arrière du château

La seconde sphinge à l’arrière du château

Afin de réaliser cet incroyable pari, les plans du site furent dessinés en deux jours par l’architecte François-Joseph Bélanger et plus de neuf cents ouvriers travaillèrent jour et nuit à lui donner corps.
Le paysagiste Thomas Blaikie assura la réalisation dans un style anglo-chinois, très en vogue à l’époque. Il y planta une pépinière et des melons :

« Bélanger mit à l’intérieur des marbres, des glaces, des bains, des jets d’eau rafraîchissants, des meubles clairs et gais ; puis, autour, un jardin semi-anglais, semi-français ; et, dans le parc, tout l’assortiment rococo, sentimental du XVIIIe siècle : temple de la philosophie, pavillon hindou, ermitage, etc., etc. ; beautés de la nature truquées : grottes, cascades, roches, lacs, ponts en bois, tout un Rousseau de clinquant, une fausse nature, en somme, contrastant, jurant avec l’ample paysage formé par le fleuve paisible – alors – qui bordait le parc à l’ouest, par le Mont-Valérien, par les belles collines de Saint-Cloud, de Meudon. Mais on était près de Paris, pas loin de Versailles, bien plus artificiel encore. Et le fleuve si lent, et le Bois si calme, et les collines, et le parc, et Bagatelle pouvaient passer pour un lieu champêtre, pour une véritable Arcadie. »

Adolphe-Louis Leroy.

La pièce d’eau des oies du Magellan

La grotte des quatre vents

Paonne et ses paonneaux

La cascade de la pièce d’eau des nymphéas

Le château depuis la pièce d’eau des nymphéas

La pièce d’eau des nymphéas

La pièce d’eau des cygnes noirs (un cygne blanc s’est visiblement égaré)

Mademoiselle Le Maure, cantatrice à l’Opéra, se retira en 1727 à l’Abbaye de Longchamp (dont le visiteur peut admirer les ruines au sein du parc actuel) si bien que, durant la semaine sainte, les Parisiens s’y bousculèrent pour y écouter les chants religieux. Malgré la fermeture au public de l’édifice en 1760 par l’archevêque de Paris, indigné par cette cohue, la vogue de « la promenade de Longchamp » persista. Elle suscita toutes les extravagances : en 1780, la duchesse de Valentinois se pavana en carrosse de porcelaine conduit par quatre cheveux gris pommelés avec harnais de soie rouge.
La Convention décida en 1794 de conserver ce domaine aux frais de la République. Cependant, le château de Madrid, construit par François Ier, et l’abbaye de Longchamp furent démolis.

Les ruines de l’abbaye de Longchamp

Quelques vestiges de l’abbaye de Longchamp

En 1835, le nouveau propriétaire Lord Richard Seymour-Conway, Marquis d’Hertford, un Anglais fit modifier le château et construire l’orangerie, la grille d’honneur et les écuries. La maison du chef jardinier a fait son apparition sur le domaine vers 1860.

L’orangerie du parc de Bagatelle

La maison du chef jardinier

En 1870, son fils Richard Wallace, connu pour avoir dessiné et financé les célèbres fontaines parisiennes, hérita de Bagatelle et fit construire les pavillons des gardes, le Trianon qui abrite aujourd’hui les expositions temporaires et les deux terrasses. Son épouse vendit le domaine à la ville de Paris en 1905.

Le Trianon depuis la cour d’honneur

L’arrière du Trianon

Depuis 1907, la roseraie du parc accueille un concours international. Le parc abrite quelque dix mille rosiers représentant douze mille espèces différentes.

La roseraie du parc de Bagatelle, au fond le Kiosque de l’Impératrice

Vue sur l’orangerie depuis la roseraie

Le Kiosque de l’Impératrice

Roses blanches

BIBLIOGRAPHIE :

Afin d’en apprendre plus sur l’histoire du parc et ses magnifiques jardins, vous pouvez vous procurer les deux ouvrages suivants :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *