Anecdotes & Peinture

Marie-Antoinette : scandale autour d’un tableau

 

Avec le temps, la reine Marie-Antoinette va devenir de plus en plus impopulaire auprès de son peuple et très vite, aux yeux de tous, elle deviendra « Madame Déficit » en raison de ses nombreuses dépenses.

Pour répondre aux violentes accusations sur le coût de ses toilettes, elle demande à sa portraitiste Madame Elisabeth Vigée-Le Brun de la représenter à la mode des créoles, vêtue d’une robe de gaulle (simple robe blanche en mousseline ou en linon ajustée à la taille par une ceinture de taffetas) et coiffée d’une capeline. Cette tenue est celle qu’elle porte lors de ses séjours dans son domaine à Trianon. Il ne s’agit donc pas d’un caprice mais de se montrer telle qu’elle est réellement.

Exposé au Salon de 1783, ce portrait officiel fait pourtant scandale car il parait indécent qu’une reine puisse se montrer habillée comme une simple femme de chambre.

L’affaire prend presque une dimension politique lorsque les satiristes vont rebaptiser le tableau La France sous les traits de l’Autriche réduite à se couvrir d’une pane. On lui reproche alors de vouloir ruiner le commerce de la soie en France (soie de Lyon) et de faire le jeu des drapiers des Flandres qui relevaient de l’autorité de son frère, l’empereur Joseph II.

Etant donné l’ampleur du scandale, le tableau sera retiré du salon et sera rapidement remplacé par le très célèbre portrait de Marie-Antoinette dit « à la rose ». Vêtue d’une robe de cour typiquement française en soie grise, on peut la voir confectionner un bouquet champêtre.

Marie Antoinette dit à la rose

Le second tableau est aujourd’hui visible dans les appartements du Petit Trianon à Versailles. Le modèle original « en gaulle » a aujourd’hui disparu mais il en existe cinq répliques avec des variantes. Celui que vous pouvez admirer plus haut se trouve au Schlossmuseum de Darmstadt.

Le prochain article sera justement dédié au Hameau de la Reine à Versailles.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *